Edito du dimanche

Que voulez-vous que je fasse pour vous ?

Ou de la qualité de nos désirs

            Au moment où Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus, ils lui disent : ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous (Mc 10,35). Jésus leur dit : que voulez-vous que je fasse pour vous ? Très souvent, dans ses dialogues personnels avec des disciples, Jésus aime reposer une question à ses auditeurs ; Que voulez-vous que je fasse pour vous ? Il le fait pour creuser nos désirs, pour que surgissent nos véritables souhaits en profondeur ; par exemple, en St Jean, lorsque Jésus rencontre des disciples de Jean-Baptiste : que cherchez-vous ? (Jn 1,38) ; ou encore, pour la guérison de l’aveugle Bartimée : Que veux-tu que je fasse pour toi (Mc 10,51) ?

Présenter à Jésus nos souhaits est une bonne chose, c’est les mettre dans sa lumière ; et Jésus ne rabroue pas ses disciples, même si la demande est surprenante… Autrement dit, Jésus nous invite toujours à creuser en nos cœurs les vraies attentes ; il interroge nos désirs profonds : que veux-tu que je fasse pour toi ? Et c’est dans ce dialogue intime que surgissent les vraies questions, les vrais désirs ; c’est important parce que c’est à partir de nos désirs profonds que nous pouvons comprendre ce à quoi le Seigneur nous appelle. Le Seigneur respecte toujours notre liberté et il sait susciter les vrais désirs, ceux justement qui correspondent à son appel. 

            Cela demande du temps, du silence et de la prière, si du moins nous voulons nous laisser conduire par l’Esprit-Saint ; et c’est dans ce dialogue intime avec le Seigneur, que Jésus purifie et élève : Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? Heureusement le Seigneur nous connaît mieux que nous-mêmes ; et il nous guide dans son Esprit : La coupe que je vais boire, vous la boirez… Combien nos désirs ont besoin d’être purifiés ! Les disciples ont de la générosité, mais ils doivent devenir de vrais serviteurs, et non travailler pour leur gloire…

Alors patiemment Jésus nous apprend à travailler humblement pour Lui, par amour pour Lui, afin d’accomplir son œuvre, et non la nôtre… ; patiemment, Il nous éduque à travers les évènements, les rencontres, pour que nous rentrions davantage dans ce pour quoi nous sommes créés : le louer, le vénérer et le servir, et par là sauver son âme, dit St Ignace.

            Alors laissons le creuser en nous ce désir de le rencontrer pour avancer avec Lui sur ce chemin de vie : Sur ma couche, la nuit, j’ai cherché celui que mon cœur aime…Ct 3,1-2 ; Chercher pour le rencontrer ! Oui, laissons-le creuser notre cœur par cette question : que veux-tu que je fasse pour toi ? C’est avant tout l’œuvre de la grâce ! Laissons-le nous attirer à Lui ! Il nous demande seulement notre bonne volonté ! Notre disponibilité ! Et rappelons-nous ces phrases du pape François, dans l’exhortation apostolique du 25 mars 2019 Christus vivit n°1-2 : Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Tout ce qu’il touche devient jeune, devient nouveau, se remplit de vie. Les premières paroles que je voudrais adresser à chacun des jeunes chrétiens sont donc : Il vit et il te veut vivant !  Il est en toi, il est avec toi et jamais ne t’abandonne. Tu as beau t’éloigner, le Ressuscité est là, t’appelant et t’attendant pour recommencer. Quand tu te sens vieilli par la tristesse, les rancœurs, les peurs, les doutes ou les échecs, il sera toujours là pour te redonner force et espérance.

            Nous sommes bien souvent en discernement de ce que le Seigneur nous demande… Accueillons nos désirs, présentons-les au Seigneur. C’est Lui qui nous les purifie par des questions justes et pertinentes, Lui qui nous bénit et nous envoie travailler à Sa Vigne…

                                                                                                                      Père Ph.Caratgé